Je me suis demandé en mariage...
Je me suis dit oui !

- Stevy Mahy -

Je vais me me marier dimanche !!!

Cette phrase marqua une pause dans la conversation animée que j’entretenais avec mon ami.

Tu te maries dimanche ?

Oui, c’est bien ça, ça tombe un peu comme ça, sans prévenir mais oui c’est le bon moment, dimanche it is  😉

Ahlala, cette histoire d’amour.

Si on m’en avait parlé 4 ans auparavant j’aurais sûrement souri en pensant à une nouvelle excentricité, mais pas aujourd’hui, plus maintenant.

C’est qu’il y a quelques années de ça, je ne savais ce que je sais aujourd’hui, je ne ressentais pas ce que je ressens là, maintenant.

A vrai dire, je fais une pause en écrivant ces lignes et tandis que je considère le temps parcouru, je ne peux m’empêcher d’essuyer une larme, mais revenons en à cette union.

Ce dimanche 05 Novembre 2017 est une date inscrite en moi comme étant celle de mon union.

Celle avec moi même.

Moi même ? Oui, moi, le Soi.

Quelque jours avant cette date, je suis  tombée sur une vidéo de Tracy Mc Millan intitulée : « The person you really need to marry » ( la personne que tu dois vraiment épouser ).

Je savais bien qu’il y avait un twist et que cela tournerait autour de résonances énergétiques du genre: la vibration que vous émettez attire les personnes à vous.

Je n’étais pas contre l’idée d’entendre une énième fois ce discours, pour encore mieux fixer en moi, pensais je, cet entendement.

J’attire ce que je vibre, oui, c’est ça j’étais toute ouïe, Tracy.

Et pourtant …

Au fur et à mesure du visionnage je comprends: la personne que l’on doit « vraiment » épouser n’était pas celle que l’on attire mais bien soi.

S’épouser soi d’abord, avant toute chose, tomber en amour avec ce et qui on est, la clé de voute d’une vie ouvrant sur l’émerveillement.

M’épouser ?

L'amour est une force de guérison miraculeuse. En nous aimant, nous produisons des miracles dans nos vies. - Louise Hay-

Le concept de self love m’est apparu il y a un peu plus de 4 ans quand j’ai découvert Louise Hay.

C’était la première fois que j’entendais dire que la plupart de nos maux viennent du manque d’amour que l’on se porte.

Je crois d’ailleurs que c’est à peu près à la même période que j’ai découvert Marianne Williamson et son inspirant texte : « Notre peur profonde ».

Réapprendre à m’aimer, tout un concept, surtout que finalement je pensais être plutôt en bon terme avec moi, dans l’ensemble.

Sauf que j’ai vite compris que notre entente était illusoire, que je n’entretenais que très peu de rapport avec moi même, plus prompte à entendre l’avis des autres que ma propre intuition, la première à me juger durement, à m’en vouloir etc …

Lorsque j’ai pris conscience que je devais changer la vision que j’avais de moi même, ma vie a changé, mon rapport à l’autre également.

4 ans de cheminement, de redécouverte, de patience et de compassion envers moi, 4 ans d’apprentissage à l’amour.

En est né un album «  renaissance woman », des réflexions, des écrits, mais surtout des jours et des nuits plus apaisés.

Donc oui ce 05 Novembre je me suis dit oui.

Apres 4 ans d’approche, d’intérêt poussé, je me suis dit oui.

Oui, devant l’univers, devant les hommes, mais surtout oui devant moi.

Comme un cri d’amour, comme un témoignage vibrant de l’amour que je me porte et que j’essaie de faire grandir chaque jour un peu plus, comme une marque de respect, un engagement solennel.

Mais c’est aussi faire ma part.

Etre pleinement dans ma société, dans ma vie, être pour mon entourage, proposer une version de moi apaisée, plus aimante, plus accessible, plus à l’écoute.

Oui, m’être dit oui, c’est une déclaration de vie, c’est dire oui à la vie, oui à l’amour , oui à mon existence trop et tant de fois niée.

Je parlais avec quelqu’un d’autre qui m’a dit: « tu t’aimes tellement que tu veux te marier avec toi »

Et j’ai répondu : Oui, c’est ça!

J’ai fait semblant de ne pas entendre le ton accusateur, la pointe de : pour qui tu te prends.

J’ai pensé aux fois où je n’allais pas bien et que je déversais sur l’autre mon flot de peurs, de tristesse, et les gens s’accommodaient bien de ça, c’est plus dérangeant d’entendre un discours d’amour de soi que celui de désamour.

Sûrement parce que cela renvoie à soi même, voir l’autre en proie à ses démons rassure quelque part, on voit l’autre selon son prisme.

Je me suis dit oui  pas parce que je m’aime inconditionnellement, mais parce que je suis prête à essayer, encore et encore et encore !

– Stevy Mahy –

pic courtesy of Cynthia Phibel

5 Comments

  • Powerful !
    On n’est jamais mieux servi que par soi-même !
    Au diable l’exentricité…bienvenue à l’amour inconditionnel…avec détachement et désintéressement.

    Bravo Madame.

  • Première étape pour moi : me rencontrer, m’accepter , m’aimer et certainement, m’unir à moi même…

    Merci Stevy pour cette découverte, pour cette prise de conscience que “l’on doit commencer par s’aimer d’où même “…

  • wouawww, merci pour ce partage qui m’a interpellé. ..sans doute mon cheminement actuel.
    toutes mes félicitations et des décennies de bonheur avec toi.
    amicalement

  • Je suis dans le même cheminement que toi Stevy, depuis 4-5 ans. Avec du recul j’ai compris que c’est avec moi, en priorité qu’il fallait que je prenne soin de moi, et ce depuis mars 2017 je Cependant je n’avais pas pensé que cela pouvait avoir le nom de mariage avec soi. Je vais faire également un travail sur moi ce WE je pense et je verrais si je décide enfin à me marier avec moi. Merci pour ton beau partage de ta décision pour toi, et le lien de la vidéo que tu as partagé. Bisous

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *